Media Name: maison_natale_jlt.jpg

Une maison-musee

La maison natale de Jean de Lattre de Tassigny, une maison de famille

_
Une maison de famille


Située au milieu de bourg, la maison Hénault – famille maternelle du maréchal de Lattre – constitue un bel exemple de demeure notable vendéenne de la fin du XIXe siècle. Jules Hénault (1831-1911) épouse Zélina Mosnay (1822-1913), la fille du maire, en 1859 et fait construire la maison qui reprend, dans sa simplicité, les motifs architecturaux de la maison de sa belle famille située en face, à l’angle de la rue du Temple et de la rue Plante-choux.
Anne Hénault, leur fille unique, épouse Roger de Lattre de Tassigny en 1886.
Le jeune ménage ne s’installe définitivement qu’au début du xxe siècle dans la maison où naissent Anne-Marie (en 1887) et Jean (en 1889).

_
Une maison du XIXe siècle inchangée

Construite sur un plan de l’architecte Guilleraut de 1869, la maison n’a pas subi depuis de modifications significatives.
 

Plan de coupe en longueur de la maison natale de Jean de Lattre 1869

 Au milieu du bourg, donnant de plain-pied sur la rue, une demeure aux murs solides mais d’apparence simple participe à la vie quotidienne, ne dissimulant aux regards que les richesses de son potager : une de ces maisons de maître, comme il y en a tant dans nos villages de France, qui ne joue pas au château malgré leur aisance.
                                                                                                    Jacques Dinfreville,
Le Roi Jean, Vie et mort du maréchal de Lattre de Tassigny,
                                                                                 Paris, La Table ronde, 1964, p.16                         

La maison est grande, solide, semblable à bien d’autres maisons bourgeoises de Vendée, au plan pouvant paraître immuable : l’entrée, côté rue, ouvre sur un vestibule traversant la maison d’une façade à l’autre pour déboucher sur le perron du jardin. D’un côté du couloir, le petit et le grand salon, de l’autre côté la cuisine et la salle à manger. À l’étage, le même plan se retrouve, avec quatre chambres.
                                                                                                         Pierre Pellissier,
                                                                       De Lattre,
                                                                                              Paris, Perrin, 1998, p.20                                                                                                           

 _
La maison de l’enfance

Jean de Lattre passera toute sa première enfance à Mouilleron dans sa maison natale, solide bâtisse carrée construite en matériaux du pays qui n’a pas dû beaucoup changer depuis 1889.
C’est le type même de la maison de famille où tout est plein d’âmes, où l’on meurt souvent dans le lit qui vous vit naître, où l’on garde ses vieux papiers, son premier fusil, ses diplômes, ses prix
à couverture rouge et or. C’est là que de Lattre fait ses premiers pas, joue avec sa soeur aînée, découvre le magnolia du jardin qu’il peuple de mystères.

                                                                                           Bernard Simiot,
                                                                                                             De Lattre, p. 22

Omnibus familial

                                                                                                           

Pour que le petit Jean reçoive une éducation, complétant la chance d’être né coiffé, il aura aussi une gouvernante. Son père pensant qu’il convient de l’initier très vite aux langues étrangères, la
première à prendre en charge l’enfant est une solide Prussienne qui ne sait guère l’apprivoiser ; lui sait ce qu’il convient d’inventer pour la mettre en déroute. Elle est remplacée par une Bavaroise, plus avenante et plus subtile. Pour le latin, car rien ne doit manquer aux rudiments que l’on inculque au petit Jean, c’est l’affaire du curé de Mouilleron, le père Guinardeau, qui sera parfois relayé par l’abbé Dion, notamment pour le grec.
Marceline Sarrazin, l’institutrice du village, désormais à la retraite, se dépense doublement : elle apprend à l’enfant l’orthographe, la grammaire, le calcul, et elle travaille à la création, pour les garçons de la commune, d’une école privée dont elle, institutrice publique, a toujours rêvé, et qui ouvrira avant sa disparition. Mais, tout cela, ce ne sont que des rudiments. Si l’enfant veut atteindre l’un ou l’autre des objectifs qu’il s’est fixés – je serai général ou je serai pape, disait-il à sept ans –, il ne faut point s’attarder à Mouilleron-en-Pareds.

Pierre Pellissier,
op. cit., p. 28-29

 

Jean, sa soeur et une cousine

 

Musée du soir - Programmation culturelle
Conférence : Les Klopfenstein

Dimanche 7 novembre à 17h - Jean-Jacques Benoit présente Les Klopfenstein, militaires, mouilleronnais, protestants