Frise biographique Georges Clemenceau

La biographie de Georges Clemenceau

Georges Clemenceau 28 septembre 1841-24 novembre 1929

"Je suis un républicain de bataille, je me tiens au premier rang, prêt à donner des coup et prêt à en recevoir."
                                                                                                                                             Clemenceau, 1893


EDUCATION ET APPRENTISSAGES

28 septembre 1841 / Georges Clemenceau naît à Mouilleron-en-Pareds
1852 / entre au lycée de Nantes
1858 / Son père, le docteur Benjamin Clemenceau, est arrêté pour ses idées républicaines
1859 / Bachelier ès lettres et ès sciences, entre à l’école préparatoire de médecine ; est interne aux hôpitaux de Nantes
1861 / à Paris, poursuit ses études de médecine et milite pour la révolution républicaine ; fonde le journal Le Travail
1862 / est enfermé à la prison de Mazas, à Paris ; fonde le journal Le Matin
1865 / docteur en médecine à la faculté de Paris ; part pour les États-Unis
1869 / se marie à New York avec Mary Plummer, puis tous deux reviennent en France et s’installent en
Vendée où vont naître leurs enfants : Madeleine en 1870, Thérèse en 1872 et Michel en 1873


L’ENTRÉE EN POLITIQUE

1870 / le 5 septembre, est nommé maire provisoire de Montmartre, puis est élu
le 5 novembre 1871 /est élu député, démissionne ; est élu conseiller municipal du18e arrondissement de Paris
1873 / le 12 février, devient secrétaire du Conseil municipal de Paris
1876 / le 20 février, est élu député à Paris
1880 / fonde le journal La Justice avec Camille Pelletan ; rencontre Karl  Marx à Londres
1881 / expose son bilan au cirque Fernando à Paris ;est réélu député de Montmartre
1885 / est réélu député, opte pour le Var
1889 / est réélu député dans le Var au second tour
1892 / divorce
1893 / le 3 septembre, perd son siège de député du Var
1895 / publie La Mêlée sociale ; s’installe 8 rue Franklin à Paris
1896 / publie Le Grand Pan
1897 / devient rédacteur du journal L’Aurore
1898 / publie l’article d’Émile Zola « J’accuse » dans L’Aurore ; publie Les Plus Forts et Au pied du Sinaï
1900 / publie Au fil des jours
1901 / crée le journal Le Bloc ; publie Le Voile du bonheur
1902 / est élu sénateur du Var
1903 / publie Aux embuscades de la vie et Figures de Vendée qui est illustré par Charles Huard dans un tirage de luxe en deux cent cinquante exemplaires


L’HOMME D’ÉTAT

1906 / est nommé ministre de l’Intérieur puis président du Conseil
1909 / est réélu sénateur du Var ; chute du cabinet Clemenceau
1910 / part pour l’Amérique du Sud
1913 / le 6 mai, fonde le journal L’Homme libre


LA GUERRE 1914-1918

1914 / censuré, L’Homme libre devient L’Homme enchaîné
1915 / préside la Commission des Armées et la Commission des Affaires étrangères
1917 / en novembre, devient président du Conseil et ministre de la Guerre
1918 / le 11 novembre, annonce la signature de l’Armistice


LE « PÈRE LA VICTOIRE »

1919 / préside la Conférence
de la paix ; le 19 février,
est blessé dans un attentat
perpétré par l’anarchiste
Émile Cottin
le 28 juin, signe le traité de
paix à Versailles


LE VIEIL HOMME INFATIGABLE

1920 / en janvier, démissionne de la vie politique après l’élection de Paul Deschanel à la présidence de la République
1921 / le 9 octobre, première rencontre avec le capitaine Jean de Lattre de Tassigny à l’occasion de l’inauguration du monument aux morts de Mouilleron-en-Pareds
1922 / part en voyage aux États-Unis
1923 / débute sa correspondance avec Marguerite Baldensperger, qui se poursuit jusqu’à son décès
1926 / publie Démosthène
1927 / publie Au soir de la pensée
1928 / publie Claude Monet : les Nymphéas
1929 / rédige son livre Grandeurs et misères d’une victoire ; le 24 novembre, décède à son domicile parisien ; le 25 novembre, est inhumé à côté de son père au Colombier, propriété de ses ancêtres, à Mouchamps (Vendée)

 

 

 

 

Musée du soir - Programmation culturelle
VENDREDI 11 NOV - 17H - CONCERT- Solène Péréda, pianiste

VENDREDI 11 NOV - 17H - CONCERT- Solène Péréda, pianiste

Le musée reçoit Solène Péréda, pianiste.
passionnée par le répertoire français, Solène Péréda propose un concert sur un grand piano Pleyel de 1917, piano d'exception.
La concertiste présente chaque oeuvre pour mettre la musique à la portée de tous.
Un voyage musical à la recherche du son perdu.