Le grand salon

Le grand salon

Le grand salon

Découvrez la maison natale de Jean de Lattre
Partager
Origine et date: 
XIXe siècle
Artiste(s): 

" Nul doute que le jeune vendéen n’ait appris l’histoire de sa famille en regardant les portraits accrochés ça et là. Ceux des ancêtres picards, échevins de Guise, donnent une sévère note Ancien Régime au « grand salon », ouvert seulement pour les grandes occasions, ne laissant pas au velours cramoisi des fauteuils Louis-Philippe et Napoléon III le temps de s’affadir.
Dans un angle, sur le piano droit couvert d’un cachemire quelques bibelots démodés offerts à Madame de Lattre en remerciement de mariages arrangés pour des voisins ou amis.
Dans une vitrine les objets vénérés : décoration du lys de l’ancêtre, portrait du comte de Chambord, souvenirs de famille et objets de piété. Si l’on ajoute les bandes fleurdelisées placées sur les fauteuils, tout proclame, on le voit, le traditionnel légitimisme vendéen. »

Jacques Perot, Deux vendéens chez eux : Georges Clemenceau et Jean de Lattre.

« Le grand salon, où on «recevait » - ce qui était fréquent, mes beaux-parents étant très mondains- était meublé de deux fauteuils de la Belle Epoque avec des tapisseries à fleurs de lis, et d’un mobilier Napoléon III, en acajou et velours rouge. C’est là que se trouvaient les portraits des ancêtres poitevins, les de Lattre, aux chevelures bouclées et aux modes «Grand Siècle» Les tables et la cheminée étaient encombrées de bibelots d’un goût plus ou moins sûr. La plupart étaient les cadeaux faits à ma belle-mère, « marieuse » enragée, pour la remercier de ses bons offices : « Le seul que je n’ai pas réussi à marier, c’est Jean...ce n’est pas faute d’avoir essayé »

Maréchale de Lattre de Tassigny , Jean de Lattre mon mari, Presses de la cité, 1972.