La fontaine et le lavoir

L’état actuel de la fontaine est du à une restauration datant de la fin des années 1980, après celle de 1818 sur un bâti du XVIII e. Tout laisse à croire que son emplacement était le même au Moyen-Age et qu’elle pourrait dater de l’époque romaine par la présence d’un système d’alimentation en terre cuite, retrouvé lors des différents travaux de restauration.

En 1818 le maire, Alexis Mosnay (grand-père maternel du général de Lattre), fier de sa restauration fit placer sur le fronton cette inscription aujourd’hui disparue : «Du superbe Helicon découlait l’Hippocrène n’étant pas celle-ci, je suis une fontaine Qui doit au Sieur Mosnay sa nouvelle beauté ; Maire, il me rebâtit pour plus d’utilité»

Georges Clemenceau, dans une nouvelle publiée en 1900 (Melle Stéphanie, Au fil des jours) épingle son compatriote.

Ce n’est pas tout. Il est bon que vous sachiez encore que, dans ce coin de Vendée, un souffle poétique passe on ne sait comment aux chemins creux bordés de hautes futaies.(...)vous aurez la joie, passant devant la fontaine, d’y déchiffrer l’inscription suivante :
Du superbe Hélicon découlait Hippocrène.
N’étant point celle-ci, je suis une fontaine
Qui doit au sieur Bruneau sa nouvelle beauté :
Maire, il me rebâtit pour plus d’utilité.
En fasse autant qui pourra.

 

Jean-Marie Dubin, curé de la paroisse, auteur des Notes historiques sur Mouilleron-en-Pareds, cite un document de 1529 autorisant la construction d’une chapelle près de la fontaine en considération des hauts faitz et grans miracle qui, quotidiennement, se font au lieu de la fontaine.

Moi, Jacques de la Roche, seigneur du lieu du Langon, de Boy-Baudron et de la Chatellerie, terre et seigneurie de Germain, auant en commémoration et considération des hauts faitz et grans miracle qui, quotidiennement, se font par le benoist Sauveur et Rédempteur du monde, à la supplication et requeste de la benoiste vierge Marie réclamée au bourg de Mouilleron au lieu de la fontaine du dit lieu en notre juridiction, terre et seigneurie à cause du dit lieu de la Roche, consentons et permettons aux manants habitants du bourg et paroisse de Mouilleron faire construire une chapelle au dit lieu de la Fontaine en ma dite terre à cause du dit lieu de la roche en remembrance et de la dite benoiste vierge marie, droitz de fondation, patronage et autres droits seigneuriaux à nous réservés.
Ce 25 ème jour de Juyn 1529.

Cette chapelle fut détruite pendant les guerres de religion. Jusqu’à la Révolution une rue attenante en conserva le souvenir : rue de la Mère-Dieu.